• Image

    Image

Nouvelles

  • Shirley MacLean est la nouvelle commissaire aux langues officielles du N.-B.

    Le 26 novembre 2019 – Le 22 novembre dernier, nous apprenions que Maître Shirley MacLean allait devenir la nouvelle commissaire aux langues officielles du Nouveau-Brunswick, succédant ainsi à Maître Michel Carrier, à qui on avait confié un mandat intérimaire, depuis le mois de juillet 2018, comme suite à la retraite prématurée de Madame Katherine d’Entremont, commissaire de 2013 à 2018.

    Maître MacLean, qui occupe le poste de directrice adjointe et de registraire des plaintes au sein du Barreau du Nouveau-Brunswick, est une anglophone qui possède une excellente connaissance de la langue française. Nommée conseillère de la Reine en 2013, ce titre témoigne d’un « engagement envers les principes de leur profession et de leur contribution au mieux-être de leur communauté ». Selon certains de nos membres, la contribution de Maître MacLean au mieux-être de la communauté s’étendrait aux deux communautés de langue officielle au Nouveau-Brunswick.

    Lire la suite

  • Michel Doucet reçoit l'Ordre du Nouveau-Brunswick

    Le 31 octobre 2019 – L’Association des juristes d’expression française du Nouveau-Brunswick souhaite transmettre ses plus sincères félicitations à Me Michel Doucet, c.r., qui s’est vu décerné, le 30 octobre dernier, l’Ordre du Nouveau-Brunswick. L’Ordre du Nouveau-Brunswick est la plus haute distinction honorifique de la province et Me Doucet l’a reçu « pour son engagement extraordinaire envers la profession juridique et pour sa contribution exceptionnelle aux droits linguistiques au Nouveau-Brunswick ».

    Effectivement, on ne compte plus les avancés en matière de droits linguistiques dans lesquels Me Doucet a été impliqués : de l’affaire Charlebois c. Moncton, qui a mené à l’adoption de la nouvelle Loi sur les langues officielles en 2002, à l’inscription de l’article 16.1 dans la Charte canadienne des droits et libertés, il a été un acteur important « à la recherche de l’égalité réelle », comme le veut le sous-titre de son ouvrage incontournable Les droits linguistiques au Nouveau-Brunswick.

    Lire la suite